De Cienfuegos à Maria la Gorda

DSC03557Cienfuegos

Nous resterons 9 jours à Cienfuegos, au mouillage de la marina, trop remplie pour nous accueillir au ponton. Ces journées passent doucement, on visite la ville, accessible par bus (1 peso). Les rues sont taillées à l’équerre, les numéros impairs dans l’axe nord-sud, et pairs pour les rues est-ouest. Pratique pour se repérer ! Il y a une longue rue piétonne, une place centrale, comme on en trouve souvent dans les villes cubaines. De belles façades autour, un théâtre, et plus loin, plus de délabrement. L’avenue qui longe la baie s’appelle le Malecon, comme à la Havane. Il y a aussi plusieurs supermarchés, où l’on peut refaire le plein de bonnes choses dont nous avons dû nous passer depuis une dizaine de jours. Mais ça reste une activité à part en soit de faire les courses, car chaque magasin possède sa pépite, qui d’un peu de café, qui d’un pot de confiture (une variété à la fois), etc..
Lire la suite

Publicités

Los Jardines de la Reina et Trinidad

DSC03402 (1024x768)
Cuba !

Los Jardines de la Reina

Cayo Sardina

En direction de Cienfuegos, vers le nord ouest, il a un plateau avec pleins de hauts fonds et d’îlots appelés cayos, inhabités dans leur grande majorité, recouverts de mangrove. Nous filons donc entre les cailloux et les récifs, en remerciant la bonne carto navionix. Peu de houle, peu de vent mais souvent suffisamment, la navigation est plaisante et solitaire. Vu notre timing, il nous faut sortir des sentiers battus des guides et nous optons pour le cayo sardina. Il est déjà 19h30 lorsque nous arrivons sur place, et il ne faut pas se louper si on veut mouiller avec un minimum de luminosité. Les fonds remontent vite, et je me poste en « vigie-figure de proue », essayant de percer dans les vaguelettes un éventuel écueil. Chose délicate car même avec 3 m de fond, ça reste obstinément trouble. Nous passons des récifs, les fonds semblent suffisamment stables pour mouiller dans 7 m de profondeur. Nous sommes seuls et moyennement sereins. Lle vent se lève et tourne dans la nuit, nous avons maintenant 10 m de fond. Y a t-il des patates de corail autour ? L’alarme de mouillage est de mise, et au matin, on n’est pas fâché de récupérer l’ancre sans anicroche et de repartir, cette fois-ci pour un mouillage mieux pavé et indiqué dans le guide. On récupère même les routes conseillées pour aller jusqu’au cayo Grande, 30 miles plus loin. On met 5 h pour ce trajet, le vent est faible et on n’est pas pressé. On fait même (scandale) un peu d’école.

Lire la suite

La fecha!

Un moment significatif pour nous: les billets avion de retour pour Aline et les enfants sont achetés…. Cela marque une nouvelle étape de ce voyage. Ils rentrent tous les 4 le 1er juin et comptent sur de bonnes âmes locales pour les récupérer à la gare de Lamballe à 12h38 🙂

De mon côté, je recherche toujours 3 ou 4 étudiantes pour m’accompagner entre Nassau et Horta :-). Si je ne trouve pas, Callinago et moi on fera juste tous les 2, ça sera sympa aussi.

Je vise une arrivée aux Açores entre le 20 et le 30 juin. Certains, ceusses qui veulent (dont Aline et Maël), me rejoindront là-bas puis on fera la dernière étape vers la Bretagne, entre le 10 et le 20 juillet, environ….

DSC02792 (768x1024)
el Tres Hombres

 

Episode 1 : Sud est de Cuba

Santiago de Cuba

Cuba !!! On est à Cuba !!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Emotion…
D’abord, l’arrivée dans la marina est sereine, c’est très joli. La marina n’est pas du tout comme je m’attendais, c’est petit, calme. Bon en vrai, on a beau être super optimiste, il y a tout de même quelques désavantages ici, dont une usine qui crache de la fumée désagréable et fait des spots jaunes sur le bateau, trop de moustiques pour passer des nuits sereines, et on est loin de la ville de Santiago. Mais bon, rien n’est parfait, alors on s’en accommode pendant 5 jours et on profite des avantages.
C’est très tranquille (bon, le bar d’à côté met parfois la zik à fond mais on est habitués après la république dominicaine), pas un rouli-roula. C’est peu cher et on découvre le pays à notre rythme.
Lire la suite